“Nous menons en interne des actions de formation et de sensibilisation, afin de changer le regard sur le handicap“

Monique Charpentier, Responsable de la Mission Emploi Handicap
publié le 05 septembre 2014
CGI est la cinquième plus importante entreprise indépendante de services en technologies de l'information et en gestion des processus d'affaires au monde. CGI compte en France 10 000 collaborateurs, répartis dans 22 bureaux. L’entreprise a signé en 2013 un nouvel accord en faveur de l’emploi des personnes en situation de handicap, dont les axes principaux sont le recrutement et la formation. Interview de Monique Charpentier, Responsable de la Mission Emploi Handicap. 
 
Quels sont les engagements de CGI en matière de handicap ?
 
CGI a signé en 2013 un nouvel accord d’entreprise en faveur de l’emploi des personnes en situation de handicap, pour une période de 3 ans (2013-2015). Le recrutement est l’un des axes forts de notre engagement : notre objectif est de recruter 100 personnes dont 70% de candidats en CDI ainsi que des CDD et des alternants. Nous recherchons principalement des profils Bac +4 à Bac +5, issus d’écoles d’ingénieurs et de commerce.
 
L’intégration et le maintien dans l’emploi sont également des axes privilégiés de notre accord. Nous mettons en place des actions d’aménagement et d’adaptation à destination de l’ensemble des salariés. Par exemple, afin d’anticiper l’arrivée de nouveaux candidats, nous organisons un mois avant leur intégration un entretien avec le service de la médecine du travail et un ergonome. Notre objectif est d’identifier le projet de chaque candidat et de sensibiliser les équipes à l’intégration d’une personne en situation de handicap.
 
Nous menons en interne des actions de formation et de sensibilisation, afin de changer le regard sur le handicap. Nous organisons notamment des ateliers de sensibilisation destinés aux salariés et aux managers : comment recruter un travailleur handicapé ? Comment éviter l’isolement ? Nous formons les salariés en situation de handicap pour améliorer leurs compétences et développer leur employabilité.
 
Nous favorisons la politique d’"aidants familiaux" en attribuant des aides financières et en proposant des aménagements d’horaires aux familles ayant un conjoint ou un enfant en situation de handicap. Enfin, nous développons davantage notre politique d’achat en direction du secteur protégé et adapté, afin de démultiplier notre partenariat sur l’ensemble de nos 22 sites en France.
 
Comment s’organise la Mission Emploi Handicap pour déployer ces actions ?
 
Depuis février 2014, nous avons développé un réseau de référents handicap. Leur rôle est d’instaurer un climat de confiance et d’établir une relation de proximité avec l’ensemble des collaborateurs. Ils sont là pour les accompagner, les informer, les conseiller et identifier les situations difficiles. Ce sont des interlocuteurs privilégiés, en relais avec la Mission Emploi Handicap. Le réseau compte actuellement 14 personnes, mais nous souhaitons mettre en place un référent handicap sur chacun de nos 22 sites. 
 
Chez CGI, la Mission Emploi Handicap est composée de 6 personnes. En tant que responsable, je pilote l’ensemble des actions mises en place. Nous disposons également de deux chargés de recrutement, d’un chargé de formation qui gère notamment les partenariats avec les écoles, d’un responsable Ressources Humaines dont le rôle est de s’occuper de l’intégration des salariés, et d’une assistante logistique qui gère les actions liées au maintien dans l’emploi.
 
CGI a mis en place deux dispositifs de formation, pouvez-vous nous en dire un peu plus ?
 
En effet, nous avons lancé deux dispositifs de formation : l’un court de 3 mois et l’autre plus long de 24 mois en alternance.
 
Le dispositif court, accessible aux profils Bac +2 informatique, forme pendant 3 mois une dizaine de candidats à la technologie Java JEE. Au préalable, les candidats ont été sélectionnés dans le cadre d’un Assessment Center où ils ont passé des tests de personnalité, de raisonnement et de logique. Ils ont également été confrontés à des entretiens avec un psychologue du travail, des professionnels RH et des managers. La formation débute au mois de septembre à Paris, et l’hébergement est pris en charge au cas par cas pour les candidats résidant en province. A l’issue de la formation et en cas de réussite aux examens, ils obtiennent un CQP (Certificat de Qualification Professionnelle) de niveau Bac +3 et seront intégrés en CDI.
 
Nous avons également mis en place un second dispositif de formation long, destiné à des profils disposant d’un Bac informatique et qui souhaitent reprendre un cursus de formation de 24 mois dans le cadre d’un contrat de professionnalisation. Cette formation en alternance dispensée par le Centre d'Etudes Supérieures Industrielles d’Île-de-France débutera en novembre prochain et permettra aux participants d’obtenir un diplôme de niveau Bac +2 reconnu dans leur branche d’activité.
 
Comment sont recrutés les candidats ?
 
Concernant le dispositif court de formation, nous avons travaillé en collaboration avec le cabinet de conseil Aviséa, filiale de JobinLive, qui source les candidats en amont et pilote le dispositif sur toute la partie recrutement et les différentes étapes de sélection. Pour le second dispositif, nous travaillons avec un cabinet de recrutement et l’ensemble de nos partenaires, comme par exemple Cap Emploi.
 
Ces dispositifs nous permettent de former et de recruter des candidats en situation de handicap. De plus, nous pouvons modifier et faire évoluer les programmes de formation, en fonction des besoins de l’entreprise. Nous avons par ailleurs d’excellents retours de la part des managers de CGI.
 
 Ces dispositifs vous permettent-ils d’améliorer les recrutements ?
 
Oui, cela nous permet de former des salariés en situation de handicap, de répondre aux besoins de l’entreprise et aux exigences du marché. Aujourd’hui, nous avons recruté 40 personnes dans le cadre de notre accord, mais nous n’avons pas encore atteint notre objectif. Nous avons constaté que peu de candidats en situation de handicap correspondent à nos besoins, notamment sur des profils Bac +4 / 5 et très peu de jeunes en situation de handicap ont accès aux grandes écoles. Partant de ce constat, nous avons élargi notre cible en accentuant nos efforts sur la formation et le recrutement, nous ciblons notamment des profils Bac +2 pour les former et développer leurs compétences. 

Propos recueillis par Olivier Angelini